La Gardienne





J’étais chez un antiquaire de campagne spécialisé dans les meubles de grande qualité. Tout en contemplant le travail d’ébénisterie , je fus irrémédiablement attiré par un vieux escalier de bois ; celui-ci me guida au son du craquement de ses marches à une porte étroite, celle d’un immense grenier. Il y régnait une atmosphère étrange et sombre. Des milliers de choses y étaient entassées ; je me suis dirigé presque automatiquement dans un recoin encore plus sombre et encombré. Là, en me retournant,  juste derrière moi, j’ aperçus sur le plancher, dans un rai de lumière venu du ciel une petite chose.

Je ne voyais pas ce que c’était, cela brillait par moment comme pour attirer mon attention ; j’étais presque hypnotisé par ce petit point vivant. Je me mis à genou, je tendis le bras et du bout des doigts, je la saisis ; c’était une perle, une perle ancienne de Murano dissimulée sous un manteau de poussière,  elle était magnifique.
Instinctivement, je compris tout de suite que de cette multitude de petites boites de carton bouilli qui l’entourait, elle en était la gardienne.

Elle avait attendu tant d’années tapie dans le silence et l’obscurité ; peut être avait elle fait des signes à d’autres mais à leurs approches s’était éteinte. Par miracle pour moi elle concentra toute son énergie pour m’attirer jusqu’à elle. Sans attendre, j’ouvris la première boite, la seconde, la troisième. Je les ouvris toutes ;  posées sur le plancher elles étaient là autour de moi,  par centaines.  Ces modestes écrins ne renfermaient que des perles ! ravissantes toutes plus belles les unes que les autres, elles brillaient de mille feux, des petites lucioles qui venaient de se réveiller comme dans les plus beaux contes.

Je compris que pour moi elles exhibaient  leurs plus beaux atours pour me charmer, me plaire, me ravir et de cette magie me donner tout de suite, là, dans ce grenier envie de leur redonner la vie : l’envie de la création. Je venais de faire une de mes plus belles rencontres, c’était le début d’une belle histoire, celle de mes premières perles.